Catégories
Uncategorized

Notes pour l’inclusion en colloques (numérique)

Ce document d’une jeune chercheuse québécoise a été rédigé d’un point de vue personnel. Il se veut une ouverture de discussion et de réflexion autour des outils possibles pour une potentielle inclusivité, notamment grâce aux outils numériques. Ce texte est écrit suite aux discussions avec Humanistica 2023, faisant part de l’inquiétude face au numérique en colloque et aux littéracies numériques communicationnelles.

Ce billet ne se veut pas une déclaration théorique, car les enjeux du numérique peuvent soulever bien des débats. Ici, je souhaite réfléchir à des moyens de contourner des impératifs réels avec les technologies déjà disponibles, et faciles à mettre en place. 

Les propositions concrètes faites ici ne sont que des exemples, qui ne sont en rien des solutions universelles; ce sont des réflexions ponctuelles, des choix faits à des instants précis, dont il peut être bon de prendre connaissance.

Rappels d’inclusivité

Si les concepts de l’EDIA (équité diversité inclusion accessibilité) sont exigés par les financeurs, et à l’origine de nombreuses recherches, il n’est pas toujours évident de les mettre en pratique. Les données montrent la sous-inclusion des minorités tant de genres, de sexes, d’ethnicité ou de mobilité (pour le dire en termes plus brutaux : faire de la recherche n’est confortable que pour les hommes blancs cis valides provenant de la classe moyenne ou supérieure).

Prenons un exemple concret : il est demandé – souvent exigé –, pour faire carrière, de participer à des colloques académiques. Ces événements durent entre 2 et 7 jours, se tiennent dans une ville quelque part sur Terre sur des horaires fixes et denses, majoritairement dans des lieux universitaires. 

Qu’est-ce qui pourrait poser problème ? Petit rappel incomplet pour situer mon discours…

De la possibilité de traverser le globe

Voyager d’un côté de la planète à l’autre pose des enjeux financiers : pour avoir la possibilité de financer sa présence aussi loin de son lieu de résidence, il faut les moyens. Le salaire d’un·e étudiant·e ou d’un·e chargé·e de cours, même impliqué·e au maximum dans la vie académique (c’est-à-dire travaillant à plein temps pour financer ses études sur des emplois précaires, mais dans une université) est rarement extensible; les financements disponibles sont limités et demandent de remplir de nombreux documents, de prouver l’importance – à l’aveugle, souvent, puisqu’avant la publication du programme de l’événement – de cette présence pour notre carrière et d’exposer les retombées possibles. Sans compter les enjeux écologiques de déplacer des centaines de personnes, souvent en avion. 

De la simplicité de s’absenter une semaine

L’impératif de s’absenter une semaine peut également être un souci : vous avez des enfants en bas âge ? Des proches à soutenir ? Des impératifs professionnels parce qu’il faut travailler pour financer la vie académique ? Il vous revient de trouver une solution (et de la financer).

Est-ce à dire que les femmes souvent en charge de ces réalités ne sont pas invitées ? Sans aller jusque-là, il est évident qu’un écart se crée facilement (nous remarquons d’ailleurs que les présentations à distance cette année sont majoritairement, voire exclusivement, dans le cas d’Humanistica, des femmes).

De l’importance d’invisibiliser la neurodiversité… et le handicap

Entre les trajets (aéroport et avion, gares et trains, etc.) et l’installation temporaire dans un espace inconnu et potentiellement non adapté, la présence physique sur place peut poser des enjeux supplémentaires. Sans compter les risques de contagion ou les enjeux de droits d’immigration et de visas.

Les handicaps moteurs sont peu pris en compte dans les transports et les espaces publics, et aller à l’aveugle dans des bâtiments inconnus peut ajouter des difficultés (et du stress) supplémentaires. Trouver des repas (à un coût raisonnable) correspondant aux diverses allergies ou besoins ajoute encore un peu au casse-tête.

Tout cela ne commence même pas à prendre en compte la neurodivergence, les difficultés d’attention dans des espaces bruyants et inconnus, les difficultés de reconnaissances dans l’espace, la difficulté de voyager avec des médicaments, l’impossibilité de travailler dans des espaces adaptés aux soucis de proprioception et de concentration… 

Dans certains cas, il apparait impossible de se retrouver dans une situation d’impératifs de communication orale (vous êtes non verbal ? Plus à l’aise à l’écrit ? Un peu timide ? Prenez sur vous, faites un effort !).

Si chaque individu met en place des adaptations locales dans son espace de travail et de vie, il est souvent impossible de les transférer facilement, et demander des aménagements est une charge inconcevable, quand une visio est déjà présentée comme une technologie hors d’atteinte des organisateur·ice·s, se présentant souvent comme les victimes d’un système écrasant (qui a postulé pour organiser ces événements, on se le demande).

Pourtant, l’étalement des contenus comme la possibilité de les atteindre depuis nos situations propres serait une solution non idéale, certes, mais autorisant la participation. 

Explorons donc quelques possibilités d’invitation, d’ouverture de l’espace public numérique à nos travaux de recherches… Ouvrons la porte avant qu’elle ne soit définitivement scellée.

Créer des espaces de diffusion

Un premier enjeu éthique de la recherche est de donner accès – ce qui est souvent développé dans les résultats potentiels de nos demandes de subventions. Donner accès y compris dans des situations où la participation du public n’est pas souhaitée est un premier pas vers une ouverture : si cela est dans les fondements de la science ouverte, cela peut être mis en place relativement simplement. Il est précieux d’entendre la recherche en cours; pour les étudiant·e·s et les chercheur·e·s : c’est un moyen d’information particulièrement précieux. 

Des captations vidéo mises en ligne

Des captations audio ou vidéo sont sans aucun doute la solution la plus simple. Une rediffusion est ensuite possible sur des sites académiques (sur Nakala, pour ne citer qu’un exemple) ou grand public (YouTube, peertube,…). Cela permet d’accéder au propos, sans avoir à suivre un processus de publication en double aveugle prenant un temps long à établir. La possibilité de capter la parole des chercheur·e·s est également un avantage par l’incarnation que cela permet du propos théorique et la mise en réel alors possible. 

Il suffit d’un téléphone intelligent récent pour cet exercice et de quoi le stabiliser : une pile de livres étant un merveilleux outil.

La captation audio peut demander un enregistreur, matériel moins répandu, mais généralement disponible sur réservation dans les universités disposant d’un cursus en cinéma, en médias, art ou création, souvent également dans celles proposant des colloques ou journée d’étude, sur simple demande (formulaires souvent en ligne).

Si le montage est toujours un plus pour ces enregistrements, il demande du temps et des compétences, diffuser et rendre accessible est une première étape, la qualité médiatique est un enjeu second. 

Diffusions en direct

Diffuser en direct permet un sentiment de communauté par la coprésence, et ouvre des possibles d’agentivité. Si le distanciel et l’hybride posent souvent la question de la présence et de l’engagement, ces espaces communs peuvent permettre d’être ensemble en même temps (synchrones).

Cela peut se faire sur des plateformes comme Facebook, YouTube ou Twitch, simplement avec un compte et une webcam. La nécessité d’une connexion à Internet peut être un frein, bien que nous soyons désormais en mesure d’affirmer qu’une part significative des universités en dispose. 

Créer des espaces d’échanges

La visioconférence

Sans doute la première solution qui vient en tête quand on organise un événement potentiellement en hybride, la visioconférence demande un ordinateur ou une tablette et une connexion internet, plus une personne ayant une littératie numérique minimale – quelques heures de formations peuvent être nécessaires pour des environnements propriétaires de certaines universités.

Des outils comme Jitsi, Zoom, BigBlueButton, et tant d’autres existent et sont généralement déployés dans les intranets. 

Il suffit alors de créer un lien et de le diffuser, seul·e·s celleux qui ont accès à ce lien et sont autorisé·e·s à le rejoindre peuvent se joindre. Ce contrôle peut être bienvenu, mais ferme la communication à celleux qui ne sont pas co-optés par la communauté. 

Ouverture d’espaces ouverts

Des diffusions en direct peuvent se coupler à des espaces ouverts d’échanges, nous pouvons prendre en exemple des propositions comme Twitch qui permettent aux spectateur·ice·s – toutes et tous – de participer via un espace de clavardage. Le risque de ces propositions est de recevoir des commentaires et questions provenant d’amateur·rice·s et non de spécialistes, ce qui demande une forme de modération ou un travail d’accompagnement à même cet espace de discussion textuelle. 

Créer des espaces de rencontre

Un enjeu plus prégnant encore, peut-être particulièrement dans des champs d’études transdisciplinaires, est de fédérer une communauté au long de l’année. Échanger sur un temps court et thématique comme peuvent l’être les colloques est utile, intense et euphorisant, mais maintenir le contact et accompagner au fil du temps est un défi tout autre et peut-être plus valorisant encore.

Des espaces de discussion

Si les forums ont fait leur temps et sont sortis des usages, des équivalents modernes peuvent être construits. 

Discord, par exemple, regroupe de nombreux groupes d’échanges spécialisés. La possibilité de cumuler plusieurs serveurs (espaces d’échanges d’un groupe) et plusieurs canaux par serveurs, en fait un espace modulable pouvant s’adapter aux besoins particuliers d’un groupe. 

Des exemples de terrains comme ELO, le Laboratoire des imaginaires ou Stella Incognita pourraient être développés pour explorer ces expériences de terrains.

La construction d’un espace de vulgarisation ouvert comme une chaîne Twitch habitée au cours de l’année demande un travail de fond, qui n’est que rarement valorisé et ne peut avoir d’effets que sur le long terme. Cependant, la possibilité de communiquer régulièrement avec une audience plus ou moins spécialiste permet de faire circuler la connaissance. 

Des espaces de rencontre animés

Internet a cela de fantastique que nous pouvons y partager nos traces sans avoir l’impératif d’être ensemble physiquement ! 

Des services comme Gather Town permettent de créer des espaces où il est possible d’interagir, de discuter à l’oral ou par écrit dans des espaces de proximité, d’échanger des partages d’écrans ou de liens, etc. Il est possible de programmer des espaces plus ou moins complexes, mais des gabarits tout prêts sont intéressants et personnalisables.

Les propositions, par exemple pour les séances de posters comme lors de DH-unbound 2022 ou de ADHO 2022, permettaient ces rencontres plus souples. 

D’ailleurs, des cercles de recherches s’en saisissent comme Pika-pi pour les études vidéoludiques 

Vers des recommandations 

Au cours de l’année

  • un espace de conversation et d’échange (qui permet de ne regarder thématiquement que ce qui nous intéresse et de ne pas flooder une boite courriel);
  • des rencontres dans des espaces informels, à l’oral ou dans des lieux coconstruits.

Sur un événement particulier

  • diffusions publiques en ligne synchrones;
  • archivages asynchrones;
  • ouvertures d’espaces de notes collaboratifs;
  • canaux de discussions réservés;
  • plan d’accessibilité et information sur les adaptations possibles sur place.


Citer ce billet
Emmanuelle Lescouët (2023, 18 juillet). Notes pour l’inclusion en colloques (numérique). Imaginarium. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3q3

3 réponses sur « Notes pour l’inclusion en colloques (numérique) »

Bonjour,
J’ai beaucoup apprécié votre billet. Je l’ai indiqué comme conseil de lecture aux lecteurs et lectrices du Carnet de Calenda, le blog du calendrier des sciences humaines et sociales développé par OpenEdition : https://calendablog.hypotheses.org/.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search