Catégories
carnet de recherche Espace-temps Gestes de lecture

Introduction aux bandes défilées

Tentative de réflexion sur des modes de narration visuelle défilée

TOUTES LES CAPTURES D’ÉCRANS SONT RÉALISÉES PAR MES SOINS SUR MON IPHONE MINI.

Les bandes dessinées ont investi les supports de lecture numériques sous diverses formes : nous pouvons penser aux déroulements case à case par mécanique de tap et d’apparition, à l’affichage homothétique en pleine page, ou encore au défilement.

Cette dernière modalité est particulièrement utilisée dans des publications feuilletonnantes populaires, comme celles de la plateforme Webtoon, qui a donné son nom à cette forme particulière de narration graphique. Cependant, si cette forme est l’objet de la réflexion qui suit, j’emploierai le terme de « bande défilée », à la fois pour mettre en avant la filiation avec la bande dessinée que le principe de manipulation de ces objets. J’emprunte ce terme à la communication faite autour de Phallaina (Ren 2016), terme qui me semble particulièrement juste.

J’en profite pour évoquer cette œuvre, première bande défilée que j’ai découverte : toute en noir et blanc, avec un fort travail de parallaxe permettant une animation des environnements, nous plaçant dans la même détresse que la protagoniste face à ses hallucinations. Cette œuvre-ci se parcourt horizontalement, contrairement à la majorité des bandes défilées et au corpus que je vais utiliser ici. Autre particularité, Phallaina est une application indépendante, ne contenant que cette œuvre-là, publiée en une fois, contrairement à la masse des bandes défilées qui sont généralement groupées dans des plateformes rassemblant un grand nombre de propositions et d’artistes. Elles sont principalement feuilletonnantes, découpées en courts chapitres et publiées à intervalle régulier.

Avant d’aller plus avant dans cette réflexion, je tiens à indiquer que les œuvres seront étudiées par fragments et non dans une approche globale de leurs intrigues. J’espère ainsi ne pas en révéler les histoires pour l’instant, toutes ces œuvres étant parues au cours de la dernière année ou étant encore en cours de publication au moment où j’écris. Il est probable que chacune de ces œuvres fera l’objet d’études plus approfondies ici ou ailleurs. Cette première approche veut simplement évoquer des pistes de réflexions, des détails formels.

Interface de Webtoon Factory le 8 juin 2021.

Tentative de définition de la bande défilée

Le plus gros acteur de publication de bandes défilées est Webtoon (site d’origine coréenne, sous le nom de Naver Webtoon), apparu en 2004. Depuis, les plateformes se sont multipliées : DelitoonWebtoon Factory… Le principe est proche de la bande dessinée : la narration repose sur la coopération entre texte et image, dans des espaces définis et limités. Cependant cases et pages explosent pour laisser place à une continuité, généralement verticale, certaines cases sont encore utilisées, notamment pour enclore des interactions particulières, des actions ou des présentations nécessaires (lieux, objets…).

Comme en bande dessinée, les récits reposent sur les dialogues entre les personnages, par phylactères, et par des descriptions ou interventions du.de la narrateur.ice.

Les propositions sont aussi variées qu’en bande dessinée classique, autant dans les styles graphiques (2D en aplat, très franco-belge ; peinture numérique au rendu proche de l’aquarelle ; pixel art…) que dans les genres abordés (Fantasy, tranche de vie, Science-Fiction, gag…). Je considérerai comme une œuvre un ensemble de chapitres, regroupés sous un même titre et accessibles depuis une fiche-œuvre commune sur la plateforme de lecture choisie. Je ne ferai pas de séparation pour les différentes saisons, lorsqu’il y en a, bien qu’on puisse les considérer comme des « tomes » indépendants.

Je vais ici étudier des œuvres de la plateforme des Éditions Dupuis : Webtoon Factory, sortie en 2019. Bien que des exemples puissent être étudiés sur d’autres plateformes, mon choix s’est porté sur celle-ci tant par goût pour les œuvres proposées, que par le choix de la francophonie. Il est à noter que la plateforme propose également certaines des œuvres en anglais.

Ces bandes dessinées numériques se lisent sur téléphone intelligent1 ou tablette, et même si elles sont généralement accessibles sur navigateurs et donc lisibles sur un ordinateur2, ces formats sont particulièrement adaptés à une lecture sur petit écran3. Ces propositions reposent sur le défilement qui se fera à la souris ou au trackpad sur ordinateur et au doigt, par glissement vertical (ou horizontal) sur l’écran tactile d’un téléphone ou d’une tablette. Le contact immédiat nous permet de toucher l’œuvre – à travers l’écran –, de la manipuler comme nous feuillèterions des pages, avec la différence que la progression par défilement nous permet presque d’animer le contenu en adaptant la vitesse de glissement à l’histoire et à la quantité de texte à lire par rapport aux illustrations.

Le découpage fait par l’écran tronque le haut et le bas de la bande, ce qui nous éloigne de la planche de bande dessinée permettant la saisie de plusieurs « épisodes », de plusieurs cases, d’un seul coup d’œil (Groensteen 2011). Nous avons l’habitude de lire en balayant des yeux la page, voire la double page des albums de bandes dessinées ; ici c’est impossible ! Il nous faut révéler petit à petit la bande en la faisant défiler, en la déroulant. Il est impossible de voir l’intégralité de la proposition d’un coup d’œil, comme dans un film. Ici, il nous faut suivre la temporalité proposée. S’il est possible de revenir en arrière, les œuvres de ce corpus n’expérimentent pas cette possibilité, mais la progression verticale, vers le bas, linéaire.

La présence de l’œuvre sur le téléphone intelligent du ou de la lecteur.ice, permet une forme d’intimité avec l’œuvre. En plus d’être l’objet le plus intime de nos vies contemporaines hyperconnectées, le smartphone permet de lire n’importe où, quand on veut. Ces modes de lecture nomades s’adaptent particulièrement bien aux courts chapitres de ces œuvres. Le découpage permet de lire sur de courtes périodes, debout dans le métro, en attendant le bus, en faisant la file à l’épicerie ou aux toilettes, etc. Avoir le récit au creux de la main sur un objet que nous manipulons souvent, nous rapproche du propos. Nous laisserons là cette étude qui mériterait un temps bien plus long, et concentrons-nous sur notre objet.

Une possibilité de narration rythmique

Par l’ouverture, et l’effacement des cases, la narration se permet des explorations rythmiques en dehors du séquençage qui est propre à la bande dessinée (McCloud 2016). Bien que nous pourrions évoquer des formes sans cases en bande dessinée imprimée, je ne vais pas m’attarder sur les possibles, ni des rouleaux ni des leporello, des expérimentations graphiques sur papier… mais me concentrer sur les bandes défilées.

L’ouverture permet de faire naviguer des personnages en continu, sans fragmentation, ou plutôt avec moins de fragmentation. Cette recherche de continuité peut inclure des cases dans les représentations graphiques, les détourner pour les entourer ou indiquer leur inclusion dans tel ou tel élément de l’univers.

un couloir du lycée d’Emma (extrait de Celle qui reste)

Prenons l’exemple de Celle qui reste : Emma, l’héroïne rentre dans un nouvel établissement scolaire où le bruit, la multiplicité des individus et l’inconnu de la géographie des lieux la met mal à l’aise. Nous le sentons par la multiplication des silhouettes qui entourent, encadrent et oppressent les cases présentant ses actions. Ces gens ne sont que des ombres, il est impossible de discerner leurs traits ou de les identifier précisément. Les bulles montrent bien qu’ielles s’expriment, bavardent, mais il est impossible dans cet enchevêtrement de discerner ce qui est dit. il ne reste que l’impression de discussions superposées, multiples et envahissantes, forçant le.a lecteur.ice à chercher les cases et les points de focales. Elle et son univers de perception immédiat est minuscule au cœur de cette foule. La répétition de cette situation de malaise ( fait ressentir la séparation entre les lieux extérieurs où elle est à l’aise, actrice de ce qui lui arrive, et l’intérieur de l’école où elle se sent contrainte.

Le parallèle entre le temps diégétique et le temps passé à faire défiler la bande permet une temporalisation de l’action, nous pouvons ainsi voir directement l’enchaînement des moments par les liens graphiques tissés entre les illustrations précédentes et suivantes.

Une représentation de l’espace

Exploration d’un tunnel dans Soma

Par la continuité offerte par le principe de bande, l’espace s’étend en dehors des barrières des cases. Le format vertical pose des questions de gestion de cet espace ouvert : nous nous attendrions une horizontalité, comme dans Phallaina où nous pouvons suivre les déplacements de l’héroïne dans le même sens qu’elle, de gauche à droite. Le jeu avec le hors-champ, le « au-dessus » et le « en-dessous », le non-montré à l’écran à un instant précis pose une temporalité dans l’action. Nous lisons de haut en bas et savons donc que ce qui est en haut de la bande s’est produit plus tôt dans la diégèse par rapport à ce qui est en bas de la bande.

Il est donc possible de suivre un.e personnage qui se déplace dans un espace immense. Le.a lecteur.ice peut l’accompagner à travers divers environnements interreliés grâce la part graphique de l’œuvre.

L’empilement de l’espace, l’expression de sa verticalité permet de montrer les strates qui le constituent. Le protagoniste peut paraître minuscule au milieu de l’immensité des décors que l’on ressent par la longueur du défilement, par le nombre d’environnements différents qui s’enchaînent avant que nous puissions observer l’action, la suite de la narration. Ce temps (cette hauteur, en somme) de défilement de l’espace donne une notion d’échelle et permet, comme dans un film, d’iconiser un monstre-antagoniste ou de noyer l’action dans un univers immense.

Une possibilité d’emploi de la typographie temporalisée

Une autre possibilité marquante de la création sous forme de bande défilée tient à la typographie. Si, dans l’ensemble, les codes de la bande dessinée sont reproduits, tant pour les légendes que pour les bulles, les onomatopées s’ouvrent elles aussi à la verticalité de l’espace. Nous avons l’habitude des expérimentations graphiques dans le lettrage de ces bruits dans les narrations graphiques. Ici, encore une fois, l’écoulement du temps incarné par le défilement vertical permet de donner de l’importance à certains bruits.

Dans Le grand retournement, au tout début de l’histoire, l’inquiétude provient d’un monstre inconnu qui rôde autour des protagonistes. La tension repose sur le hors-champ, sur la possible présence de ce monstre dans l’entourage immédiat des deux explorateurs… qui ne peuvent le deviner qu’à ses bruits dans le noir. Quand un bruit est traduit sur un défilement durant plusieurs secondes, interrompant la focale sur les personnages, tout l’écran est occupé par le texte représentant ce bruit, envahissant avec une typographie émotionnelle et très graphique, comme sanglante. Notre inquiétude de lecteur.ice est ménagée ainsi, construite par le temps d’absence des héros à l’écran, nous poussant à accélérer le geste.

exemple de gestion du bruit en défilement dans Le grand détournement

Un potentiel transmédiatique

Les réseaux sociaux des adeptes de bandes défilées ont été envahis par les annonces de publication papier, sous forme de volume classique, de bandes défilées à succès. Nous pouvons penser à Lore Olympus (Traditions d’Olympus en français), publiée sur Webtoon, qui a ouvert presque 6 mois avant la publication les précommandes du tome rassemblant les épisodes de la saison 1. Nous pouvons, dans l’univers francophone, évoquer Harmony de Mathieu Reynès (sur Webtoon Factory) où la bande défilée est une forme de spin-off de l’album ; ou encore Yojimbot paru chez Delcourt en grand format. Je serais curieuse de comparer les modalités narratives mises en place pour ces remédiations : comment le changement de support fait-il évoluer les représentations narratives ? Il me semble pertinent de se pencher sur ces comparaisons. Les récits étant semblables, les codes et pratiques propres à l’auteur.ice étant des constantes, nous pourrions sans doute aborder en détail les différences et point de concordances de ces modes de narrations graphiques.

Il serait aussi intéressant d’étudier les implications et les conséquences des outils sociaux qui entourent les chapitres : les plateformes proposent des boutons « s’abonner », « j’aime » et un système de commentaires. Je serais curieuse d’avoir les chiffres d’implication des communautés. Tout comme je serais curieuse des résultats réels des systèmes d’achat in app, donnant accès à certains chapitres en avance ou permettant de débloquer certains contenus selon les plateformes. Personnellement je n’ai encore jamais eu à dépenser d’argent réel pour ces lectures; non que je ne sois pas impatiente mais simplement que je ne trouve pas l’intéret suffisant : si je paye l’épisode de la semaine prochaine, il me faudra attendre deux semaine pour le suivant ! À tout prendre je préfère encore lire au fur et à mesure…

D’autres bandes défilées sont répertoriées sur le Répertoire des Écritures Numériques (ICI).

Bibliographie

Blais, Johanne. 2020. Illyne. Paris: Webtoon Factory. https://www.webtoonfactory.com/fr/webtoons/58-illyne-saison-1/.

Castel, Pierre, et Thalie Shelen. 2021. Soma. Paris: Webtoon Factory. https://www.webtoonfactory.com/fr/webtoons/117-soma-saison-1/.

Hlavaty, Jonah, et Julie Samuel. 2021. Celle qui reste. Paris: Webtoon Factory. https://www.webtoonfactory.com/fr/webtoons/159-celle-qui-reste-saison-1/.

Mister Box. 2020. Le grand retournement. Paris: Webtoon Factory. https://www.webtoonfactory.com/fr/webtoons/158-le-grand-retournement-saison-1/.

Groensteen, Thierry. 2011. Système de la bande dessinée : Bande Dessinée et narration. Vol. 2. Formes sémiotiques. Paris: Presses Universitaires de France.

Lesage, Sylvain. 2011. « La bande dessinée en son miroir. Images et usages de l’album dans la bande dessinée française ». Mémoires du livre / Studies in Book Culture 2 (2). https://doi.org/https://doi.org/10.7202/1001764ar.

McCloud, Scott. 2016. L’art invisible. Traduit par Dominique Petitfaux. Paris: Delcourt.

Ren, Marietta. 2016. Phallaina. Paris: France TV. https://phallaina.nouvelles-ecritures.francetv.fr.

Vrydaghs, David. 2013. « Proposition d’un parcours multimodal à travers la culture contemporaine (littérature, séries télévisées, bande dessinée) ». La Lettre de l’AiRDF, nᵒ 53:23‑26.


  1. Ou smartphone en bon français, je concède ce terme particulièrement laid à mon environnement québécois espérant un jour trouver un meilleur qualificatif pour mon doudou-peluche numérique.
  2. Les liens présents dans cet article mènent à ce format de la proposition, bien que ce ne soit pas la meilleure expérience de lecture à mes yeux, il est actuellement impossible de lier directement dans les applications de lecture… N’hésitez donc pas à aller les chercher dans leurs applications respectives.
  3. Les captures d’écrans et passages captés ici l’ont été sur mon iPhone mini (que celles et ceux qui suivent mon travail voient apparaître partout), mon téléphone personnel et intime. Elles ont presque toutes été prises sur la ligne orange du métro montréalais lors de mes allers-retours à l’université, ce qui peut expliquer certains cadrages peu optimums.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.