Catégories
carnet de recherche

des gestes pour lire ?

Il y a une forme de discrétion dans l’acte de lecture. Il est rare que l’on remarque consciemment « je suis en train de lire ». En effet, nous lisons ce qui nous entoure ou, voulant lire, nous ne conceptualisons plus l’acte, pour ne se concentrer que sur le texte et le contenu en lui-même. Nous avons donc l’impression, ou pouvons l’avoir, de passer « directement » à la compréhension. Comme le décrit Michel Porchet : 

Lire consiste à fragmenter le texte en unités brèves et précède la mémorisation de traces du texte. Une bonne douzaine d’inventions techniques (amélioration de la ponctuation, retraits, insertion de titres et de rubriques, division en chapitres, index des matières classées dans l’ordre alphabétiques, etc.) font du codex ce que nous connaissons encore.

(2007, 191)

La compréhension, au sens de l’idée partagée d’un.e personne à une autre passe par une physicalité. Elle ne peut être prise en compte que grâce à une forme de manipulation.

Cette manipulation, même minimale, est nécessaire pour lire un texte : il faut prendre le livre sur l’étagère et en tourner les pages; il faut ouvrir l’application et consulter le texte affiché, le faire défiler et/ou cliquer sur des liens pour le parcourir. Si la manipulation n’est pas la seule mécanique de la lecture, elle en est sans doute la première étape. Elle permet de comprendre ensuite le texte en en prenant connaissance finement et de pouvoir l’interpréter. Cette troisième étape rassemble, au-delà de la perception des signes du texte et de leur organisation, un grand nombre d’éléments que je ne pourrai étudier ici; cependant, la manipulation en fait partie. Pour construire le sens de l’œuvre, le.a lecteur.ice prendra en compte plus ou moins consciemment tout ce qui pour iel a participé de l’expérience vécue, autant la matérialité de l’œuvre que son paratexte, sa manipulation, son contenu, son appareil critique… C’est ce que j’espère pouvoir aborder ici.

La littérature numérique a investi des supports variés, chacun venant avec ses gestes et ses habitudes acquises. Elle a dû faire siens ces usages, les détourner à des fins esthétiques et/ou narratives. Qu’est-ce que cela change sur la manière que le.a lecteur.ice peut avoir de rencontrer l’œuvre ? Est-ce que cela change véritablement quelque chose ? 

Si je commencerai par évoquer rapidement la nécessité d’une manipulation, je m’attarderai ensuite sur la diversité de cette dernière en littérature numérique. Je poursuivrai, après une tentative de définition du geste, en étudiant ce qu’il peut signifier, et sur comment il peut être convoqué et mis à profit dans une œuvre esthétique, pour enfin revenir à la question de son rôle dans la lecture, avec la compréhension et l’interprétation; rôle que je travaillerai particulièrement ici en lien avec l’immersion dans un monde fictionnel. Si cette forme de lecture est loin d’être la seule, elle sera sans doute un exemple parlant pour exprimer les rapports que je souhaite développer tout au long de mon doctorat.

De nombreux théoriciens de la lecture se sont concentrés sur la lecture comme dynamique intellectuelle d’interprétation, de construction du sens. Nous pouvons retenir avec Umberto Eco que : 

le texte est une machine paresseuse qui exige du lecteur un travail coopératif acharné pour remplir les espaces de non-dit ou de déjà – dit restés en blanc, alors le texte n’est pas autre chose qu’une machine prépositionnelle.

(Eco 1985, 27)

Le travail coopératif avec le texte, de construction par sa lecture, comme l’affirme Michel Charles, commence au moment où le.a lecteur.ice décide de jouer le jeu de l’œuvre et de se plier à ses codes matériels. Si nous n’exposons pas le texte à la vue, il est impossible d’en prendre connaissance. Michel Picard utilise les expressions de « micro nage », et de « danse minuscule » pour décrire l’ensemble de micro mouvements oculaires permettant au.à la lecteur.ice entrainé.e de percevoir le texte. Il me semble important de dépasser cette approche minimale : le corps du.de la lecteur.ice est impliqué dans la lecture. Sa posture va influer sa progression autant que le format du support va contraindre son temps et son lieu de lecture. Une œuvre trop lourde, ou nécessitant un espace particulier placera inévitablement le.a lecteur.ice dans des dispositions particulières lors de leur rencontre. 

Les gestes sont, comme le dit Romain Bigé, nos « manières d’habiter le monde » (Bigé 2018, 1), ils sont la manière de communiquer notre présence physique et de transmettre notre attitude. Ils sont à la fois intimes, propres à chacun.e, et collectifs car appris en commun et faisant partie d’un lexique commun permettant l’interaction et l’intercompréhension.

Au-delà de simples réactions, ils encodent et partagent nos décisions et un certain pouvoir d’action sur les choses. 

Si, comme le développe Yves Citton dans Gestes d’humanité, l’ensemble des gestes usuels et appris sont un moyen d’étudier et de comprendre une société, il semble d’une grande importance d’étudier les gestes de lecture et ce qu’ils nous disent de notre rapport à cette activité. Nous devons garder en tête que l’ensemble des gestes possibles pour le corps humain ne coïncide pas avec l’ensemble des gestes convoqués par l’individu, comme l’explique Romain Bigé :

Il faut cependant nous habituer à concevoir autour de chaque individu, dans chaque société, une sphère de gestes possibles qui ne correspond pas aux seules possibilités offertes par les anatomies humaines.

 (2018) 

Sur nos outils numériques, cela va se voir : les gestes utilisés sont relativement limités par rapport aux possibles humains (et même aux possibles des doigts sur une surface), mais correspondent à un vocabulaire appris et commun, qui encode certains gestes dans la pratique usuelle collective. Je parlerai d’une « gestosphère » pour nommer cet ensemble de gestes utilisables.

Erwin Straus, dans Du sens des sens, cité par Romain Bigé, affirmait que les gestes sont :

l’articulation du « se-mouvoir » au « sentir ». Le philosophe s’inspirait des données de la psychologie expérimentale de l’époque qui, en faisant fonds sur l’intérêt progressif pour les phénomènes proprioceptifs, donnaient une importance accrue à l’affectivité de l’œuvre dans la motricité. Luttant avec fermeté contre le réductionnisme pavlovien du mouvement animal à la simple réactivité, Straus contribuait ainsi à renouveler une compréhension du mouvement restée longtemps prisonnière du seul point de vue mécanique.

(2018, 2)

De même, pour la lecture qui nous intéresse, la manipulation et les gestes de lecture ne sont pas uniquement mécaniques : s’ils sont effectivement la manière de faire fonctionner l’œuvre, ils sont aussi le lien effectif entre lecteur.ice et œuvre. 

Les gestes placent donc l’œuvre dans l’espace « entre » le.a lecteur.ice et le support lui-même. 

En ce sens, nos gestes sont toujours à la fois au seuil de l’espace médiatique, puisqu’ils appartiennent à notre corps propre qui est toujours, pour nous, autre chose que l’image qui s’en projette.

(Citton 2012, 21)

La littérature numérique peut être expérimentée sur des supports variés : ordinateur de bureau, téléphone intelligent de plus ou moins grande taille, console de jeu portable ou non, reliées à des controllers divers : le duo clavier souris est sans doute le premier à venir en tête; cependant, les manettes de jeux comme les dispositifs de réalité augmentée ou virtuelle, les systèmes de géolocalisation ou de détection de mouvements sont de plus en plus fréquemment utilisés. Ces éléments physiques induisent des gestes de manipulation différents, et ils convoquent des parties du corps variées. Si Inès Garmon parle de « digipulation » à l’endroit des téléphones intelligents, les controllers de la Wii et maintenant les Joy-Con de la Switch, par exemple, sont conçus pour capter le mouvement de tout le bras bien plus que l’action délicate des doigts. Les dispositifs de réalité virtuelle vont encore plus loin en impliquant la tête et parfois le haut du corps. 

Le numérique peut parfois être accusé d’une outillisation plus grande encore, semblant limiter les gestes, les contraignant à des surfaces et les délimitant à des ensemble acquis… J’irai néanmoins dans le sens d’Inès Garmon en affirmant que « loin d’abolir le corps, le numérique l’engage pleinement ». Il prend sa réalité dans l’interaction avec ses outils, démultipliant les gestes signifiants convoqués au quotidien, souvent dans des contextes variés (pensons au tap sur un cœur pour signifier l’approbation).

Les gestes sont, alors, souvent dépendants de dynamiques commerciales : les interfaces sont avant tout des mises en place financées, dans des buts particuliers. Je pourrai, à la suite d’Alexandre Galloway (2012), mettre en lumière l’impact capitalistique et les rapports de pouvoir à l’œuvre. Pour l’instant, retenons simplement que nombre de gestes devenus usuels sont nés dans des contextes d’applications ou de plateformes marchandes. Nous pouvons penser aux « likes » et autres « réactions » popularisées par Facebook, comme au choix par swipe démocratisé par l’application de rencontre Tinder. Comme l’exprime Inès Garmon, les gestes sont :

L’Articulation du corporel, du sémiotique et du calcul, des enjeux sociaux, économiques et anthropologiques, les gestes de manipulation des interfaces tactiles permettent d’observer la façon dont l’industrie et le numérique engagent les corps et les éprouvent.

(Garmon 2020, 2)

Nous sommes dans notre usage quotidien du numérique, ainsi que dans sa diversité; une diversité qui touche maintenant à tous les espaces de la vie quotidienne et professionnelle. Confronté.e.s à ces interfaces, nous les faisons nôtres, de notre propre gré ou non. Nous, dans une acception globale des personnes utilisant à divers niveaux les outils contemporains (de l’ordinateur au téléphone intelligent), apprenons les gestes nouveaux mis sur le marché. Il semble donc normal que la littérature les intègre à son tour, puisqu’elle participe des mêmes environnements, elle qui a toujours investi les nouvelles technologies, juste après leur sortie (même si elle demeure bien souvent devancée par l’industrie pornographique qui demeure très friande de nouveautés techniques). Ainsi, en les faisant nôtres, nos compétences évoluent, même si nous n’en sommes pas toujours conscient.e.s. Un geste dont le sens s’est ancré dans le cadre de recherches d’un.e partenaire et où celui-ci a été accepté comme signifiant une sélection pouvant entraîner une discussion – pour reprendre l’exemple du swipe évoqué plus tôt – demeurera lorsqu’il sera cette fois-ci utilisé pour naviguer entre les arcs narratifs à travers les propositions des protagonistes, comme la série des Reigns, par exemple. Ainsi, la connotation initiale ne disparaîtra pas et viendra, au contraire, enrichir le propos de l’œuvre avec une persistance de la suggestion de séduction. Et celle-ci demeurera à travers cette expérience de gouvernance, alors qu’elle n’aurait pas, ou pas forcément de cette façon, existé avec de simples boutons « oui », « non ». C’est cet écart sémantique qui va habiter le cœur de ma thèse. 

En effet, ces gestes sont devenus si naturels qu’ils sont presque invisibles. Or, ils n’en portent pas moins un sens, un ensemble de symboles, d’habitudes et de connotations. Ils nous placent dans certaines positions mentales ou nous ramènent à des expériences précédentes. Ce qu’Emmanuel Souchier, dans Le numérique comme écriture, nomme des « pratiques infraordinaire » (29), et qu’il développe ainsi :

En d’autres termes, vous ne faites pas remonter à la conscience l’action que vous êtes en train de réaliser, vous vous contentez de la vivre. Ces gestes, ces processus que vous avez appris de façon consciente ou non depuis votre plus tendre enfance et que vous avez enregistrés en mémoire profonde vous sont désormais parfaitement intégrés. Ils font pleinement partie de ce que vous êtes, de ce que vous pensez : ils vous sont en quelque sorte « co-naturels ».

(Souchier et al. 2019, 29-30)

Car la gestualité est particulière à chaque individu, à la façon d’une démarche ou de la voix même. Chacun.e a ses propres caractéristiques gestuelles, sa propre allure. Nous avons tous des habitudes différentes : notre histoire personnelle avec les outils numériques et les différents supports vont nous octroyer des dictionnaires de gestes différents. Un.e joueur.euse Nintendo aura l’habitude de valider avec le bouton de droite (A) et de quitter/refuser en bas (B), alors qu’un.e joueur.euse Xbox ou PlayStation aura intégré l’inverse, compliquant les transferts gestuels de l’un à l’autre. Un.e utilisateur.ice très occasionnel.le de son téléphone intelligent sera perdu.e face à des gymnastiques qu’un.e habitué.e effectuera sans s’en apercevoir. Pensons aux difficultés que certain.e.s non habitué.e.s aux visioconférences ont eu, ne sachant pas où sont les choses, n’ayant pas intégré l’activation/désactivation du microphone, par exemple… Alors qu’une personne habituée des échanges en ligne les aura déjà dans son vocabulaire de gestes. 

Si d’un individu à l’autre, nous pouvons déjà voir des différences dans la manière de tourner les pages d’un livre, nos habitudes et nos pratiques de lecture ont également varié avec la diffusion des supports numériques. 

Parce qu’ils se situent à l’interface entre nous et les autres, ils font émerger — à travers nous — des processus constituants qui dépassent nos intentions et notre rationalité conscientes. Parce qu’ils sont visibles à autrui, ils insèrent leur mouvement dans une dynamique collective qui déjoue les illusions de notre souveraineté individualiste.

(Citton 2012, 15)

Cette description des gestes comme ensemble appris et social me sera utile.

Je poursuis à présent avec Inès Garmon :

Ces gestes (digipulation) permettent la lecture du texte numérique et son activation. La mise en mouvement du corps met en mouvement l’esprit. Alignant l’œil, la main et l’écran, la digipulation engage différentes opérations de sémiose en série presque insensibles, mais nécessaires. Chaque geste a en effet un sens contextuel, selon le contenu sémiotique élaboré par la conception dans les diverses applications.

(2020, 4)

Or, s’ils ont un sens contextuel, un sens propre à la situation de lecture, ils influent forcément sur le sens perçu d’une œuvre littéraire, comme le dit Bertrand Gervais : « Lire, c’est comprendre; et la progression à travers le texte est déjà une anticipation du sens. » (1998, 28)

La lecture qui fait l’objet de mon étude est une lecture pour le plaisir, une lecture de divertissement au sens fort, une lecture naïve, mais informée, qui tend vers une lecture littéraire (décrite par Bertrand Gervais dans son ouvrage Lecture littéraire (1998)), mais qui ne va pas dans l’intensité de la re-lecture. Bien une position de découverte, si ce n’est première, en tout cas d’une expérience divertissante, première dans la découverte de l’œuvre à cet instant. Une relecture peut être une « lecture première » si elle est faite dans une perspective nouvelle, aidée d’un nouvel appareillage théorique, ou sur un autre support de lecture, par exemple…

Je poursuivrai dans cette ligne pour décrire une lecture où le.a lecteur.ice s’implique physiquement, de son plein gré, dans la volonté de jouer le jeu de l’œuvre. La lecture critique, la lecture du déjà-lu, pourrai-je dire à la suite de Michel Charles (1995), cette lecture analytique demandant un recul suffisant pour disséquer l’œuvre plutôt que de se laisser porter par elle. Aussi, je demeurerai dans une lecture non théorique, à des fins de divertissement, d’immersion et d’expérience esthétique.

Dans la tradition académique, la lecture participe de la compréhension et de l’interprétation. Je vais, pour ce passage, m’appuyer sur ce même ouvrage de Bertrand Gervais, notamment les pages 54 et suivantes. Si ces deux moments – la compréhension et l’interprétation – de la lecture sont proches, leur fusion intime a été décrite par Paul Ricœur ou encore Hans-Georg Gadamer, et plus largement dans la tradition herméneutique. Cependant, et une fois encore à la suite de la démonstration de Bertrand Gervais, je constate une prise d’indépendance des deux notions : si elles sont complémentaires, elles sont de moins en moins considérées comme un ensemble homogène. L’interprétation peut alors se définir comme:

Une mise en relation survenant dans un contexte, déclenchée par un prétexte et réalisée à partir de certaines règles, dont rien en soi ne garantit le respect ou encore la validité.

(1998, 62)

Alors que la compréhension pourrait être définie comme :

Il y a compréhension quand l’interprétant est le résultat d’une habitude déjà bien assimilée, qui n’est pas remise en question par le signe en jeu. La transparence de ce signe est alors l’effet d’une sémiose dont le mouvement n’est entravé par aucune résistance.

(1998, 74)

Le geste de lecture peut également s’inscrire dans ces deux définitions car il prend part aux mécaniques de la compréhension en participant des éléments connus qui rendent le texte et le signe transparent pour le.a lecteur.ice. Il est en charge de la fluidité de la manipulation et donc de la compréhension immédiate ou non du support, du médium. 

Il participe également de l’interprétation en soulevant des symboliques et des sens permettant une analyse et un recul sur la première lecture naïve de l’œuvre, mais aussi en ouvrant la réflexion sur le geste auctorial et/ou éditorial qui sous-tend l’œuvre. Il peut faire contraste et ouvrir des lectures en questionnement sur son étrangeté ou, au contraire, sur la parfaite inclusion de l’œuvre dans le médium et ses habitudes de manipulation. 

À la suite de Marie-Laure Ryan dans Vitual Reality, je définis l’immersion comme l’expérience de divertissement où le sujet se perd dans le texte, où iel est transporté.e dans l’univers fictionnel mis en place. Non qu’iel confond la fiction et la réalité, mais qu’iel est piégé.e dans le récit et ressent ce que ses personnages ressentent, vibre à l’unisson de cet univers. Je m’intéresse alors à l’importance des gestes de lecture dans ce phénomène : le.a lecteur.ice est-iel en rapport différemment avec le texte si son corps entier est mobilisé ou si iel pose une tablette ou une liseuse sur ses genoux ? Il semble instinctivement que cela change quelque chose. L’enjeu de cette thèse est de comprendre et de décrire cela. 

Je reviens à nouveau à une définition de cette lecture par Bertrand Gervais :

le rapport à soi de la lecture est constitué sur la base d’un double mouvement : celui qui veut qu’on soit happé par le texte, qu’on soit priés dans ses dispositifs, et cet autre qui dicte qu’on le maîtrise, qu’on en prenne la mesure. Ces deux attitudes ne doivent pas être conçues comme exclusives l’une à l’autre, dans un jeu simple d’opposition, mais comme complémentaires, les diverses manifestations de la lecture dépendent des équilibres atteints entre elles : la première est une perte de soi dans le texte, qu’on retrouve souvent décrite comme adhésion au monde de la fiction, élimination de la frontière entre soi et le texte, qui acquiert alors une plus grande présence; et la seconde, un maintien de la différence, qui rabat le texte au rang d’objet qui peut être décrit, maîtrisé.

(1998, 84)

Cette double conscience du texte sera au cœur de la réflexion de mon travail doctoral. Je souhaite effectivement ne pas perdre de vue la part immersive, celle qui fait souvent le premier plaisir de cette activité.

Nous pouvons penser au mythe de l’holodeck décrit par Janet Murray d’après sa présentation dans la série de science-fiction Star Trek : cette sorte de cave de VR permet à la personne de plonger dans un univers fictionnel entièrement interactif où iel peut mener une vie avec d’autres personnages, joueur.se.s ou non. L’illusion est poussée à son maximum, et je ne détaillerai pas ici le détail de cette merveilleuse invention, et cette immersion considérée comme absolue passe par la convocation du corps entier et des cinq sens via une combinaison. Jouant une fois encore, comme je l’évoquais plus tôt, sur ce mythe de convocation sensorielle totale qui fait l’argument des défenseurs pure-player du papier.

Si nous avons vu que les gestes sont chargés de sens, que peuvent-ils bien ajouter à la lecture et à l’interprétation du texte ? 

Les actions à performer, comme la part du corps impliqué, l’invasivité du dispositif de visionnage et/ou son intimité jouent dans les mécaniques décrites. Si la manipulation parvient à s’effacer pour laisser le.a lecteur.ice pleinement concentré.e sur l’œuvre, l’immersion ne sera que plus forte. L’usage de gestes temporels ou géographiques (déplacements, exploration d’espaces réels…) vont également influer : la projection dans la réalité quotidienne et la superposition de l’œuvre à cette dernière, peut autant les tresser ensemble et parvenir à une coprésence totale, comme nous pouvons l’étudier à travers les notifictions où le temps du texte et le temps réel du lecteur.ice se superposent, comme créer le rappel à la réalité détruisant l’illusion. Par exemple, quand la carte que l’on est supposé suivre pose difficulté par le changement d’une rue ou par la disparition d’un artefact important. La navigation est alors brisée, le geste en suspend devenu difficile ou impossible sort le.a lecteur ice de son action de lecture, brisant l’immersion


Bibliographie

Bigé, Romain. 2018. « Notes sur le concept de geste ». Pour un atlas des figues (blog). 2018. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02440249/document.

Charles, Michel. 1995. Introduction à l’étude des textes. Poétique. Paris: Seuil.

Citton, Yves. 2012. « Qu’est-ce qu’un geste ? » In Gestes d’humanités: anthropologie sauvage de nos expériences esthétiques, 27‑58. Collection: Le temps des idees. Paris: Armand Colin.

Couégnas, Daniel. 1992. Introduction à la paralittérature. Collection Poétique. Paris: Editions du Seuil.

Eco, Umberto. 1989. Le rôle du lecteur ou La coopération interprétative dans les textes narratifs = Lector in fabula. Paris: Le Livre de poche.

Garmon, Inès. 2020. « Le corps à l’épreuve des applications : des « petits gestes » éprouvants ? » Les Chantiers de la Création La mise à l’épreuve du corps (12). https://doi.org/10.4000/lcc.3102.

Genette, Gérard. 1987. Seuils. Neuaufl. Points Essais 474. Paris: Seuil.

Gervais, Bertrand. 1998. « Pratique de la lecture littéraire ». In Lecture littéraire et exploration de la littérature américaine, 21‑46. Montréal: XYZ éditeur.

———. 2007. Logiques de l’imaginaire : Figures, lectures. Vol. 1. 3 vol. Erres Essais. Montréal: Le Quartanier.

Iser, Wolfgang. 1976. L’acte de lecture: Théorie de l’effet esthétique. Traduit par Evelyne Sznycer. Pierre Mardaga.

Jauss, Hans Robert. 1978. « L’histoire de la littérature : un défi à la théorie littéraire ». In Pour une esthétique de la réception, traduit par Claude Maillard, 23‑88. Bibliothèque des Idées. Paris: Gallimard.

Macé, Marielle. 2011. Façons de lire, manières d’être. NRF essais. Paris: Gallimard.

Murray, Janet Horowitz. 2017. Hamlet on the holodeck: the future of narrative in cyberspace. Updated edition. Cambridge, Massachusetts: The MIT Press.

Petit, Michèle. 2016. Éloge de la lecture: la construction de soi. alpha. Paris: Belin.

Picard, Michel. 1986. La lecture comme jeu : essai sur la littérature. Critique. Paris: Les Éditions de Minuit.

Porchet, Michel. 2007. « Appareil et phénoménalité ». In Appareil et intrmédialité, édité par Jean-Louis Déotte, 189‑206. Paris: L’Harmattan.

Ryan, Marie-Laure. 2001. « the Text as World ». In Narrative as Virtual Reality. Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, 89‑114. Baltimore: John Hopkins University Press.

Souchier, Emmanuel, Étienne Candel, et Gustavo Gomez-Mejia. 2019. « Regards sur le numérique ». In Le numérique comme écriture, 21‑191. Théories et méthodes d’analyse. Paris: Armand Colin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.